Le Pacte Vert pour l’Europe – Zéro pollution et neutralité carbone en 2050

Le 11 décembre 2019, la Commission européenne a publié ses communications sur le Pacte vert pour l’Europe, visant à redéfinir son « engagement à lutter contre les défis liés au climat et à l’environnement ».

Entre autres aspects de ce plan ambitieux, la Commission propose un environnement « zéro pollution » avec une meilleure surveillance, de meilleurs rapports, une plus grande prévention et des remèdes pour la pollution atmosphérique.

Dans ce article, nous examinons comment l’industrie de contrôle des émissions peut aider la Commission à atteindre ses objectifs de zéro pollution et à réduire davantage les émissions de gaz à effet de serre. Dans ce contexte, AECC a remis une lettre ouverte à la direction de la Commission européenne pour indiquer son engagement à travailler ensemble pour un air plus propre.

La pollution des véhicules a été réduite en Europe depuis l’introduction des premières « normes européennes » au début des années 90. Pour les véhicules et machines utilitaires légers et lourds, routiers ou non routiers, les réglementations successives ont permis de réduire le niveau global des émissions. Il reste encore beaucoup de travail à faire pour atteindre une pollution zéro, non seulement au niveau des nouveaux véhicules, mais aussi de la flotte existante.

Une pollution zéro pour le transport routier est réalisable, mais elle ne se produira pas du jour au lendemain. Dans ce contexte, il est important que les parties prenantes travaillent ensemble pour s’assurer que, tandis que la technologie et le marché des véhicules à émissions nulles continuent de se développer, les nouveaux véhicules équipés de moteurs à combustion sont tenus et capables d’atteindre des émissions quasi nulles.

En s’appuyant sur des données scientifiques solides, AECC a déjà démontré que les systèmes avancés de contrôle des émissions peuvent aider les véhicules à atteindre des niveaux quasi nuls d’oxyde d’azote et de particules dans toutes les conditions de conduite. D’autres ont également montré qu’atteindre des niveaux quasi nuls est possible en utilisant différentes technologies dans le cadre d’un système comprenant des catalyseurs avancés de contrôle des émissions.

Étant donné que les moteurs à combustion essence et diesel constitueront une partie majeure des groupes motopropulseurs jusque dans les années 2030 au moins, soit dans le cadre de véhicules partiellement ou entièrement électriques ou des hybrides rechargeables, il est important pour la santé et le bien-être de tous les européens que ces technologies de contrôle des émissions soient adoptées dans la prochaine génération de moteurs. À ce stade, la communication de la Commission sur le Pacte vert prévoit de proposer des normes d’émissions de polluants atmosphériques plus strictes pour les véhicules à moteur à combustion.

Les technologies de contrôle des émissions sont déjà disponibles pour permettre des émissions polluantes faibles en conditions réelles pour n’importe quel véhicule ou machine, quel que soit le combustible utilisé, afin d’être dans des limites définies pour chaque condition de fonctionnement possible. Cela aidera l’UE dans son ambition d’aligner les normes de qualité de l’air plus étroitement avec les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé.

Avec la disponibilité de véhicules essence et diesel aux émissions quasi nulles, les citoyens européens auront accès à une large gamme de véhicules et pourront choisir le modèle qu’ils trouvent le plus pratique à un prix abordable.

Avoir un choix de sources d’énergie – un plein conventionnel à la pompe, le rechargement électrique ou une combinaison des deux – donnera aux consommateurs la possibilité de décider de la voiture la mieux appropriée à leurs besoins et à leur budget. En favorisant parallèlement des transports en commun plus propres, cela contribuera à aider l’UE à réaliser une transition réussie et juste vers un avenir durable.

Les produits développés par l’industrie de contrôle des émissions et le travail en parallèle sur les systèmes de véhicules pour une plus grande efficacité contribueront aux améliorations nécessaires dans le secteur du transport, notamment des voitures, fourgonnettes, camions, autobus et machines de construction. Ces progrès aideront à réduire la pollution dans nos villes et dans nos municipalités. Les émissions directes de gaz à effet de serre provenant de véhicules peuvent également être réduites en utilisant des carburants alternatifs et renouvelables avec la technologie et l’infrastructure actuelles de ravitaillement.

Travaillant en partenariat avec les preneurs de décisions et les parties prenantes de l’UE, AECC et ses membres s’engagent et s’efforcent de trouver les meilleures solutions pour proposer des véhicules propres pour l’Europe. Beaucoup d’entre eux sont déjà disponibles et peuvent être utilisés pour atteindre les objectifs définis dans le Pacte vert pour l’Europe.

Le 24 janvier 2020, AECC a remis une lettre ouverte à la direction de la Commission européenne pour indiquer son engagement à travailler ensemble pour un air propre et a publié sa vision intitulée Vision 2020-2025 sur la manière d’obtenir une mobilité propre, efficace, pratique et abordable pour tous les citoyens européens.