Nouvelle règlementation en matière d’émissions Euro 7 : une occasion de favoriser l’innovation dans les systèmes de contrôle des émissions pour les véhicules dotés d’un moteur à combustion interne (MCI)

Le processus d’élaboration d’une nouvelle réglementation Euro 7 en matière d’émissions pour les voitures, les camionnettes, les camions et les autobus est en cours. La réflexion se poursuit sur les mesures nécessaires pour garantir que les nouveaux véhicules contribuent réellement à l’ambition de l’UE d’atteindre zéro émission d’ici 2050. L’Association for Emissions Control by Catalyst (AECC) suit de près les résultats des travaux en cours et apporte des informations issues de ses programmes d’essais qui montrent comment les voitures et les camions équipés de moteurs à combustion interne (MCI) pourront contribuer à cet objectif.

De progrès significatifs ont déjà été réalisés sur les émissions des véhicules grâce à la règlementation la plus récente en matière d’émissions Euro 6 pour les véhicules légers et Euro VI pour les véhicules lourds. La conformité est désormais également vérifiée pendant la conduite sur route.

L’AECC a déjà mis en évidence certains domaines dans lesquels les polluants sont toujours autorisés à des niveaux relativement élevés selon ces réglementations. De tels écarts dans la législation actuelle peuvent être améliorés grâce à la future norme Euro 7.

L’AECC estime que trois grands principes sont nécessaires pour s’assurer que les véhicules à MCI, y compris les véhicules hybrides, continuent de faire partie de la solution pour la réduction des niveaux de pollution dans les villes européennes. La législation devra se concentrer sur les émissions en conditions réelles, la neutralité en matière de carburant et de technologie, et envisager une approche globale du système. 

Est-il techniquement possible de réduire encore les émissions polluantes des véhicules diesel et à essence ?

Oui, sans aucun doute. L’AECC et d’autres acteurs majeurs ont travaillé à montrer comment les voitures équipées d’un moteur à combustion interne seront capables d’atteindre les émissions « ultra-faibles » en conditions réelles.

Pour réduire ces émissions, un ensemble de technologies avancées de propulsion et de contrôle des émissions est utilisé dans les véhicules essence et diesel. Par exemple, des catalyseurs placés plus près du moteur pour permettre un allumage et une montée en température plus rapides, ainsi que des stratégies de chauffage pour garder à température idéale le système de contrôle des émissions, garantissent les plus faibles émissions de polluants dans un large éventail de conditions de conduite, en particulier en milieu urbain.

Les développements technologiques ont montré que les voitures à essence et diesel peuvent atteindre des niveaux similaires d’émissions très faibles. L’AECC a démontré comment les émissions déjà faibles des véhicules à essence et diesel peuvent encore être réduites lors du démarrage à froid et en milieu urbain.

Une approche neutre en matière de carburant et de technologie sera favorable à une future législation Euro 7. Le cadre de travail Euro 7 sera incitatif pour l’innovation dans les technologies de contrôle des émissions. Comme cela a été montré sur le démonstrateur diesel ultra-faible de l’AECC (ultra-low diesel demonstrator, ULED), les émissions peuvent être réduites dans de nombreuses conditions, mais il existe encore certaines limites. Par exemple, les trajets très courts restent un défi, et une réduction supplémentaire des émissions au démarrage à froid est nécessaire.

Pour les véhicules utilitaires lourds comme les camions et les autobus, les tests ont montré que des évènements à forte émission se produisent encore, même avec les améliorations significatives de la législation Euro VI-D. L’AECC est en train d’exécuter un programme de démonstration de véhicules pour montrer qu’une meilleure intégration, notamment des catalyseurs à accouplement rapproché, ainsi que des volumes appropriés de technologies de contrôle des émissions actuellement disponibles, peuvent réduire les émissions de polluants dans un large éventail de conditions d’exploitation réelles.

Un programme similaire a été mené par le Southwest Research Institute (SwRI) aux États-Unis, où une équipe d’ingénieurs a pu atteindre de très faibles émissions d’oxydes d’azote (NOx) (~26,8 mg/kWh). Le système le plus performant, illustré ci-dessous, utilise une réduction catalytique sélective (RCS) supplémentaire à proximité du moteur. Cela nous montre les possibilités d’agir, et les prochaines normes en matière d’émissions donneront le coup d’envoi de cette innovation.

Source : SwRI 

Mais qu’en est-il des émissions de CO2 ?

Le changement climatique est un défi majeur auquel nous sommes confrontés en tant que société, et la contribution du transport routier aux émissions de gaz à effet de serre reste importante. Le secteur doit veiller à ce que tous les véhicules réduisent leur empreinte carbone. Cela est possible en utilisant des carburants renouvelables et durables qui sont un outil important pour réduire les émissions de CO2 de la flotte actuelle et future.

L’AECC et l’IAV ont montré (figure ci-dessous) que l’utilisation de carburant renouvelable (par exemple l’huile végétale hydrogénée – HVO) dans le véhicule de démonstration ULED a entraîné des émissions de NOx comparables.

Source : MTZ 2020

Le resserrement des limites d’émissions des véhicules routiers et la garantie que les tests reflètent plus fidèlement la conduite réelle auront un impact bénéfique évident sur la qualité de l’air en Europe. Cela aidera l’UE à atteindre son objectif de zéro émission. Sans subventions publiques importantes, les véhicules électriques à batterie restent moins rentables que les véhicules à moteur à combustion interne qui resteront nécessaires pour disposer d’une mobilité propre, efficace, pratique et abordable.

En adoptant une approche systémique globale et en légiférant sur la durée de vie du véhicule, la Commission européenne veillera à ce que les voitures Euro 7 continuent à respecter les réglementations pendant leur durée de vie.